Programme d’études

 “Il manque combien au sommet?” “Monte et n’y pense pas” (F. Nietzsche)

diego_fusaro05

Diego Fusaro (Turin, 1983) enseigne histoire de la philosophie à l’Institut Hautes Etudes Stratégiques et Politiques (IASSP) de Milan, dont il est aussi le directeur scientifique. Il a obtenu sa licence en histoire de la philosophie à Turin, et son doctorat en philosophie de l’histoire à l’Université Vita-Salute San Raffaele de Milan, avec une thèse sur Reinhart Koselleck. Il a mené des recherches à l’Université de Bielefeld en Allemagne. En 2017 il a obtenu l’habilitation de recherche en histoire de la philosophie en tant que professeur associé.

 Elève de Costanzo Preve et Gianni Vattimo à Turin, il étudie la philosophie de l’histoire et des structures de la temporalité historique, avec un accent particulier sur la pensée de Fichte, Hegel, Marx et l’ Histoire des concepts allemand. Ses intérêts de recherche gravitent aussi autour de la formulation et la poursuite d’une histoire critique des idées en tant que discipline qui dirige son attention diachronique sur les défauts et les discontinuités qui sont engendrés dans la transmission des formes culturelles et symboliques d’une culture; et de manière synchrone, sur la relation qui vient de se produire naturellement dans chaque moment historique entre la pensée et les codes culturels d’une part, et les conditions matérielles de la production et de la puissance de l’autre, montrant son vaste réseau d’implications ; et en supposant comme objet privilégié d’analyse la zone d’échangeentre les idées et la réalité, les constellations conceptuelles et les constellations socio-politiques.

Dans cette perspective, ses recherches portent, d’une part, sur la galaxie des auteurs qui ont essayé de développer une méthode pour l’histoire des idées, des métaphores et des concepts (Foucault, Blumenberg, Koselleck) et, d’autre part, sur l’origine, la formation et sur les changements sémantiques du concept de “l’histoire” depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Son attention s’est tournée vers l’Idéalisme allemand, sa préparation (Spinoza) et ses successeurs (Marx), en mettant l’accent sur la pensée italienne (Gramsci, Gentile). En juillet 2013, le journal “La Repubblica” l’a qualifié d’être parmi les trois plus prometteurs jeunes philosophes européens. Il dirige la série philosophique “Cent Thalers”  de la maison d’édition Il Prato et il est rédacteur en chef du projet Internet “La philosophie et ses héros”  (www.filosofico.net). Il est co-directeur également de la série «Bibliothèque de Philosophie de l’histoire» éditeur Mimesis, et de la revue philosophique “Koinè”. De 2008 à 2012, il a été secrétaire des collections d’histoire de la philosophie Bompiani dirigée par Giovanni Reale (la “Pensée occidentale” et “Textes parallèles). Il est éditorialiste pour  “La Stampa” et “Il Fatto Quotidiano”.  Il se définit comme “élève indépendant de Hegel et de Marx”.

En 2014, il a présenté un rapport sur Simmel lors de la conférence internationale sur la cité à l’Université de Singapour. En 2016, il a organisé un séminaire sur Gramsci à l’Université Harvard. Plusieurs de ses œuvres ont été traduites dans différents pays du monde. En 2017, il fonde l’association et le magazine “Interêt National” (www.interessenazionale.net). Parmi ses livres les plus célèbres: “Bienvenue à nouveau Marx” (Simon and Schuster, 2009), “Pour être hors du temps. L’accélération de l’histoire et de la vie” (Simon and Schuster, 2010), “Minima mercatalia”. “La philosophie et le capitalisme” (Simon and Schuster, 2012), “L’avenir nous appartient. La philosophie d’action” (Simon and Schuster, 2014), “Idéalisme et pratiques”. Fichte, Marx et Gentile (Le Melangolo, 2013), “Antonio Gramsci. La passion d’être dans le monde”  (Feltrinelli, 2015), “Penser autrement. La philosophie de la dissidence” (Einaudi, 2017).